Un nouveau cahier des charges pour l’industrie de l’électroménager

Un nouveau décret  sera prochainement élaboré pour encadrer l’industrie de l’électroménager en Algérie, de même  qu’un nouveau cahier de charges sera bientôt établi pour permettre aux entreprises activant dans le secteur de l’électroménager d’avoir de nouvelles perspectives. C’est ce qui ressort des déclarations faites par Mustapha Hamoudi, directeur général du développement industriel et technologique, à l’Agence Presse Service.

Ce nouveau cahier des charges s’explique par l’important essor que connait cette industrie et la nécessité d’encadrer un marché dominé par des importations dont la qualité n’est pas toujours le point fort. Aussi, le besoin d’encadrement de ce secteur ne peut qu’encourager les entreprises productrices ainsi que celles activant dans la sous-traitance.

Ce haut responsable au ministère de l’industrie et des mines a également affirmé qu’un nouveau comité d’évaluation technique  statue actuellement sur les modalités de délivrance des autorisations pour l’importation des collections CKD/SKD, dédiées à l’industrie de l’électroménager et l’électronique. Le comité permettra de débloquer la situation et libérer progressivement les autorisations d’importations en souffrance.

Mais, avant de délivrer ces autorisations d’importations, il faut savoir que les membres du comité doivent impérativement se rendre  dans les usines de production pour déterminer leurs taux de production, leur taux d’intégration nationale sans oublier les moyens investis pour améliorer la production et le nombre d’ouvriers employés par ces usines. A l’issue de cette visite d’inspection, un procès verbal est établi  puis remis au ministère de l’industrie ; soit pour validation de la demande ou son rejet. Cette décision d’une durée de validité d’une année, permet aux industriels de l’électroménager de bénéficier des avantages que l’Etat octroie  pour l’importation des collections CKD/SKD.

Pour rappel, l’industrie de l’électroménager en Algérie est actuellement composée de 70 entreprises qui génèrent quelques 20 000 emplois directs et 60 000 emplois directs. C’est un secteur d’activité très porteur et qui participe grandement à la diversification de l’économie nationale.

Rania Derouiche

 

Les commentaires sont fermés.