Mohamed Loukal: « L’intégration d’administrateurs indépendants dans les banques publiques est éminente »

Selon le ministre des Finances, Mohamed Loukal, des administrateurs indépendants seront intégrés, à partir du 15 décembre, au sein des Conseils d’administration des banques publiques.

Il s’agit d’un début de la mise en œuvre effective des réformes dans les banques publiques.«Ces administrateurs indépendants qui détiennent une vaste expérience dans les domaines bancaire, financier et économique ainsi que dans le domaine de la numérisation du système bancaire, intégreront le Conseil d’administration de chaque banque», a affirmé Mohamed Loukal.

Lors de son intervention à l’ouverture des travaux du troisième atelier technique sur «la Conformité dans le secteur des finances», le ministre a précisé que «la séparation du Conseil d’administration de l’appareil exécutif s’inscrivait parmi les premières réformes destinées au secteur des banques».

En ce sens, le premier argentier du pays a révélé que «l’appel à candidature sera annoncé ultérieurement par le ministère, sachant que les administrateurs indépendants seront choisis par la commission de sélection qui sera installée et sera composée de cadres du ministère des Finances et d’universitaires».
Selon le ministre, il sera également procédé à «l’intégration effective des nouveaux membres indépendants du Conseil d’administration, lors de l’Assemblée générale annuelle prévue en juin 2020».

En outre, il annoncera l’élargissement de ces mesures de réformes au profit des institutions du secteur des Finances et des entreprises affiliées au secteur.

A ce propos, Mohamed Loukal a souligné que «la réalisation réelle de la séparation des pouvoirs permettra d’imprimer davantage de transparence et de communication dans le secteur».

Du reste, et en matière de conformité, le ministre a insisté sur l’importance de la mise en place d’une vision aux contours clairs sur les modalités liées au respect des engagements inhérents à la conformité pris par les institutions financières, en renforçant le débat entre les opérateurs et les banques et en assurant davantage de professionnalisme dans le secteur bancaire.

Yanis Oumakhlouf

Les commentaires sont fermés.