Les ZI clés en main: Une alternative pour l’émergence économique de l’Algérie

L’Algérie dispose d’atouts attractifs voir des facteurs clés pour l’émergence rapide, lui permettant d’attirer le maximum d’investisseurs algériens et étrangers. Notamment, sa situation géographique stratégique, la disponibilité de la main d’œuvre et des ressources énergétiques à moindre coût. Une plaque tournante entre l’Afrique, l’Europe et l’Asie qui est susceptible de faire d’elle la locomotive du développement économique en Afrique surtout avec l’ouverture de la zone de libre-échange avec l’Algérie avec les 54 pays signataires.

Néanmoins l’émergence économique de l’Algérie traîne toujours et les causes sont multiples. Les alternatives existent aussi pour accélérer son développent. En l’occurrence, les zones industrielles  ZI Clés en main et complètement viabilisé.

Une alternative qui permet de raccourcir les délais, d’anticiper les procédures administratives, d’optimiser les coûts et ainsi d’offrir aux investisseurs une disponibilité immédiate pour produire. Et tous ces avantages qu’offrent ces zones industrielles, permettent en conséquence de réaliser des gains de productivités. À savoir, réaliser des valeurs ajoutées permettant aux opérateurs économiques d’optimiser, de moderniser et de pérenniser leurs investissements. Cette solution permettra aux promoteurs économiques nationaux et étrangers d’avoir accès aux sites industriels aménagés et dotés de toutes les commodités, répondant aux normes internationales.

La réalité est là, le modèle économique prôné par l’Algérie depuis l’indépendance est obsolète en termes de coûts d’investissement et de délais de réalisation. L’investisseur est obligé d’établir une Etude Technico-économique, puis la déposer auprès de l’ex- Calpiref qui décide après délais de lui attribué ou pas un terrain. C’est à dire, que la problématique du foncier industriel constitue le nerf de tout investissement. Et, pour cela, il doit attendre une ou plusieurs années pour avoir l’autorisation. Ces lenteurs font que les délais de réalisation, initialement accordés, se trouvent consommés.

En conséquence, pas mal de projets ne trouvent pas concrétisation à cause de cette politique dévastatrice qui n’a jamais donné impotence au temps. « Time is money ». Un système d’investissement obsolète qui impose d’établir des études, attendre les décisions puis construire les Hangars. Alors, il faut renverser l’équation pour rationaliser les délais et les coûts de réalisation.

De ce fait, l’intervention du gouvernement actuel étant plus qu’impérative pour débloquer cette situation. Mais pour ce faire, nécessité oblige : il faut revoir toute la législation inhérente à l’acte d’investir.

Doter le pays d’un dispositif de lois permettant l’accélération, la facilitation et  la simplification des procédures administratives pour la promotion des investissements. Cela œuvrera à la création de nouveaux écosystèmes, en l’occurrence, les sites industriels Clés en main et viabilisés. Ces sites anticipent les études aux investisseurs et les attentes interminables, leurs permettant de passer à la production le plus rapidement possible. Ces écosystèmes contribuent de manière efficiente à générer des plus-values à l’Etat, notamment les taxes au Trésor public. De surcroît, ils constituent une solution pour booster rapidement la croissance économique nationale.

Impératif oblige, la création de sites industriels Clés en main et viabilisés reste l’unique solution. Ces derniers seront dotés d’Hangars de production de différentes surfaces et de les louer à des prix attractifs pour les investisseurs nationaux ou étrangers selon un cahier de charge. Cette solution, permet de raccourcir les délais, et économiser les coûts de réalisation. Il s’agit seulement de placer les machines ou les lignes de production et commencer à produire de manière efficace.

Cela apportera une technologie et un savoir-faire nécessaires, contribuant à la formation de la main d’œuvre locale véritablement qualifiée. C’est la solution qui permet à l’Algérie une performance économique et un développement rapide et durable. Le constat est là, des centaines de milliards de dollars ont été consommés, durant ces deux dernières décennies, sans aucune valeur ajoutée sur la croissance économique du pays. Alors qu’un milliard de dollars seulement suffirait à construire 10000 Hangars de 1000 m2, financé par l’état algériens ou partiellement par des promoteurs immobiliers. Cela dit, ces derniers peuvent construire des Hangars de production en créant un écosystème adéquat. L’amortissement d’un hangar de 1000 m2 qui coute environ 10 000 000 DA peut être fait dans un délai maximum de  4 ans en prenant en considération un loyer mensuel très abordable de 300 000 DA HT par mois. Dans ce sillage, les promoteurs immobiliers Algériens et étrangers peuvent avoir accès à des terrains de l’Etat soit en dinar symbolique ou à un prix attractif afin de construire des zones de 30 à 100 Hangars et plus, de différentes surfaces pour la location aux investisseurs selon un cahier de charge. Pour construire ces zones industrielles, la coopération avec les chinois serait hautement productive. Ces derniers peuvent construire une zone industrielle de 100 Hangars de 1000 m2 chacun dans un délai ne dépassant pas les 06 mois. Les Communes, à leurs tours, s’occuperont de la viabilisation de ces zones. On doit accorder une importance au temps « time is money »

En somme, promouvoir les zones industrielles Clés en main, serait d’un grand apport au développent durable du pays. L’exemple de la Pologne, la Turquie, le Rwanda,  le Vietnam et l’Ethiopie est édifiant. Ces pays, en optant pour la solution des zones industrielles Clés en main et viabilisés, exportent maintenant pour des centaines de milliards de dollars par an.

L’économie algérienne est fortement liée aux hydrocarbures. La chute drastique des prix de pétrole survenue à partir de juin 2014, a engendré un déséquilibre financier et budgétaire des plus hypothétiques pour le pays à moyen terme. Les recettes pétrolières ont chuté de 60 milliards de dollars en 2014 à 30 milliards de dollars en 2016. Le budget de l’Etat est dépendant à près de 60 % de la fiscalité pétrolières.

Le manque à gagner de cette fiscalité cause pour l’année 2020 un déficit budgétaire de près de 08 % de produit intérieur brut (PIB). C’est l’équivalent de 15 milliards de dollars nécessaire à rééquilibrer le budget de l’Etat. C’est l’équivalent de la création de plus de deux millions de PME/PMI hors fiscalité pétrolière. Ces dernières en généreront en retour également des millions d’emplois et des richesses considérables et pérennes qui contribuera à la création de 03 à 05 millions de postes d’emplois. En effet, il s’agit de créer un tissu industriel des plus denses, via l’apport direct des zones industrielles Clés en main et viabilisés, assurant la diversification de l’économie nationale.

Pour contourner d’éventuels chocs qui s’annoncent à cause de cette fragilité, les zones industrielles Clés en main et viabilisés seraient la meilleure solution pour faire sortir définitivement l’économie nationale de cette morosité et la mise en place de ces nouveaux écosystèmes est susceptible de contribuer à l’essor de l’économie. C’est cette diversification qui la rendra solide en l’extirpant définitivement de sa fragilité causée par sa quasi-dépendance aux hydrocarbures.

Mohamed Sayoud,

Consultant International en Investissement Industriel

Fondateur du cabinet de conseils et d’études en Investissement

Invest Design Consulting

Les commentaires sont fermés.