La production céréalière, encore faible selon Cherif Omari

Avec 600 exploitations agricoles activant dans la production céréalière,  occupant une superficie de 3,5 millions d’hectares, la productivité de  cette filière demeure encore loin d’être satisfaisante. En effet, selon les chiffres fournis par le ministre de l’agriculture, du développement rural et de la pêche, Cherif Omari  lors de la conférence nationale sur le développement de la filière céréalière, cette production n’a pas dépassé les 41 millions de quintaux pour  la période s’étendant de 2013 à 2018. Ce  volume ne suffit pas à couvrir les besoins de consommation nationale d’où le recours systématique aux importations surtout pour le blé tendre.

En termes de valeurs, la production céréalière a dépassé 220 milliards de dinars en 2018. 141 milliards de dinars de cette production sont réalisées  grâce à la culture du  blé dur. Le ministre a également précisé que la filière céréalière représente 7,5% de la production agricole totale du pays. Cette filière occupe 3 millions d’hectares, soit 26% de la superficie agricole utile, détiennent une place de choix dans l’agriculture Algérienne.

Les intervenants lors de cette conférence sont unanimes pour dire, que pour augmenter la production céréalière et permettre son développement,  il est impératif que les deux secteurs qui sont l’agriculture et les ressources en eaux, accordent  et conjuguent leurs efforts.  Cette action devrait se traduire par la réhabilitation puis la modernisation des systèmes d’irrigation utilisés actuellement. Mais, aussi à travers la création de grands périmètres d’irrigation dans les régions du sud et des hauts plateaux.

En plus de l’irrigation à partir des barrages et des eaux souterraines,  il existe aussi une autre solution qui est l’irrigation des céréales à partir des grandes superficies gérées par l’Office national de l’irrigation et du drainage (ONID).

Pour rappel, la filière céréalière en Algérie offre plus de 1,2 millions de postes de travail, sans oublier les postes d’emplois qu’offrent toutes les entreprises activant dans le secteur de l’industrie agroalimentaire, que ce soient les minoteries de céréales et de farines ou celles spécialisées dans les confiseries et pâtes alimentaires.

L’augmentation des périmètres irrigués, est selon le représentant du secteur des ressources en eaux, de l’ordre de 1,3 millions d’hectares. Il est également prévu la réalisation de 30 puits profonds dans le sud à savoir, Ouargla, el Oued et Biskra.

K.M.B

 

Les commentaires sont fermés.