Importation des véhicules de moins de 3 ans: Tout ce qu’il faut savoir

L’importation des véhicules de moins de trois ans ne concerne pas uniquement les voitures qui déclinent des blocs moteurs en essence.

En effet, le gouvernement a introduit une disposition dans le projet de loi de finances (PLF-2020) pour permettre aux citoyens l’importation des voitures roulant au gasoil.

Ainsi, il a été décidé de revoir l’article relatif à l’importation des véhicules de moins de trois ans qui était limitée exclusivement aux véhicules à motorisation essence et GPL.

Cette disposition précisera dans sa nouvelle mouture l’importation des véhicules en essence qui déclinent une cylindrée égale ou supérieure à 1,8 litre.

Pour les véhicules à motorisation diesel, seuls les cylindres égaux ou supérieurs à 2,0 litres sont autorisés.

Il faut rappeler que l’avant-projet de loi de finances 2020 autorise les citoyens à importer des véhicules touristiques d’occasion de moins de trois ans, à leurs propres frais et paiement des droits et taxes afférents, non sans se fier au respect des normes et standards internationaux, notamment la protection de l’environnement.

Pour le gouvernement, ce retour de l’importation des véhicules d’occasion, permettrait de faire pression sur le marché des véhicules assemblés localement.

L’approche en cours d’élaboration par les ministères des Finances et du Commerce inclut le passage par la voie bancaire pour le paiement des véhicules importés ainsi que les tarifs douaniers à fixer pour ce genre de transaction.

Cette nouvelle mesure s’inscrit dans le cadre d’une vision globale sur l’industrie automobile, en cours de préparation, qui prendra en charge notamment la problématique de l’assemblage CKD/SKD.

Durant le premier semestre de l’année 2019, l’Algérie a importé plus de 1,76 milliard de dollars de collections CKD destinées à cette filière.

A noter que l’importation des véhicules d’occasion de moins de 3 ans a été interdite en vertu de la loi de Finances complémentaire 2005, et ce, après que les concessionnaires aient exercé une pression sur le gouvernement pour, disaient-ils, «arrêter le massacre sur nos routes» et «le trafic du millésime des voitures» qui profitaient aux réseaux européens.

En 2016, l’importation des véhicules neufs a été soumise au système des quotas, avant d’être suspendue à partir de l’année 2018.

Yanis Oumakhlouf

Les commentaires sont fermés.