Hausse des prix des carburants: Les députés émettent des réserves

Certaines dispositions du projet de loi de finances complémentaire, présenté par le ministre des finances Abderrahmane Raouya devant la commission des finances et du budget de l’APN, ont suscité quelques réactions des députés qui ont émis des réserves quant à la hausse des prix des carburants.

Les membres de la commission n’ont pas manqué de faire remarquer que cette augmentation pourrait avoir des retombées socio-économiques négatives. Pour rappel, le projet de loi de finances complémentaire 2020, préconise dans « le cadre de la rationalisation de la consommation des carburants» une augmentation des tarifs de la taxe sur les produits pétroliers à raison de 2 DA par litre pour tous types d’essence et 3 DA par litre pour le gas-oil. La plus-value est estimée à 30 milliards de dinars.

Si les membres de la commission ont salué la revalorisation du Salaire national minimum garanti SNMG à 20.000 DA,  au lieu de 18.000 DA, ils précisent que le train de vie sera sévèrement impacté tout de même par la hausse des prix des carburants. Ce qui ne sera pas sans conséquences sur le pouvoir d’achat des citoyens.

Selon les membres de la commission des finances et du budget, la hausse dans les prix des carburants entraînera inévitablement des hausses dans plusieurs secteurs à savoir, les charges de la production industrielle, l’agriculture, le transport public. Autrement dit, une augmentation dans les prix de la quasi-totalité des produits.

Accélérer le recouvrement fiscal, orienter le soutien de l’Etat exclusivement vers ceux qui y ont droit, engager l’intégration des travailleurs du secteur informel dans le circuit officiel, sont les actions qu’il aurait été plus juste d’entamer au lieu de proposer une hausse sur les prix des carburants.

Selon les membres de la commission, ces actions permettront d’engranger des montants importants qui pourraient réduire le déficit budgétaire qui devrait atteindre 1.976, milliards de dinars, soit la portion de 10,4% du PIB, alors qu’il était prévu d’atteindre 1.533,4 milliards de dinars, dans la loi de finances 2020

K.M.B

Les commentaires sont fermés.