Automobile: Plus de 920 millions de dollars de kits importés en 3 mois

La facture d’importations des kits SKD et CKD, destinés au montage des véhicules, a enregistré, durant le premier trimestre de l’année en cours, une hausse vertigineuse, selon les Douanes algériennes.

En effet, selon la même source, cette facture était établie à 920,86 millions dollars, soit une augmentation de 21,41% par rapport à l’année 2018 où les opérateurs avaient importé pour un montant de 758,47 millions de dollars  de collections SKD et CKD.

Cette augmentation a notamment touché les véhicules de transport de personnes et de marchandises et les pièces détachées servant à l’entretien des véhicules d’occasion ont affirmé les Douanes algériennes.

Ainsi, les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de personnes et de marchandises, ont augmenté de plus de 100%, ont atteint 226,63 millions de dollars durant les trois premiers mois de l’année, contre 105,81 millions de dollars à la même période de l’année 2018, soit une hausse de 120,82 millions de dollars (114,2%).

En outre, cette facture a été marquée par la hausse des importations des pièces détachées servant à l’entretien des véhicules d’occasion.

Ces derniers ont connu une hausse et la facture était établie à 102,23 millions de dollars, contre 76,70 millions de dollars durant la même période de 2018, soit une hausse de 26,53 millions de dollars (+33,29%).

Par ailleurs, cette tendance haussière a concerné, aussi la facture des importations des tracteurs, qui a atteint 59,17 millions de dollars, contre 46,80 millions de dollars, soit une augmentation de 26,43%.

En revanche, le montant de l’importation des collections SKD utilisées dans le montage des véhicules légers ont atteint 694,23 millions de dollars, contre 652,66 millions de dollars à la même période de l’année 2018, soit une hausse de près de 41,6 millions de dollars (+6,37%).

Malgré une année marquée par la hausse de la facture d’importation des kits SKD et CKD, le gouvernement algérien n’a pris aucune précaution, encore moins une décision pour rappeler à l’ordre les constructeurs pour miser sur un tissu de sous-traitance à même de contribuer à la baisse des dépenses en devises.

Pour rappel, en 2018, la facture globale des collections CKD-SKD s’était établie 3,73 milliards de dollars en 2018, contre 2,2 milliards de dollars en 2017, en hausse annuelle de 1,53 milliard de dollars (+70%), pour le montage de 180 000 unités, dont les véhicules de tourisme et utilitaires et les véhicules de transport des personnes et de marchandises, en produits finis.

Durant la même année, l’Algérie n’avait produit que 4 500 véhicules industriels. Cet état de fait a poussé le gouvernement à prendre, lors de son dernier conseil, des décisions pour limiter les importations afin de réduire le déficit de la balance des paiements et préserver les réserves de change.

Parmi les décisions rendues publiques, la réduction des importantes des collections SKD et CKD et destinés au montage des voitures touristiques, mais aussi ceux destinés à l’assemblage des produits électroménagers, et l’élaboration d’une démarche portant sur les mécanismes juridiques qui permettraient au citoyen d’importer les véhicules de moins de 3 ans.

Salim Oukaci

 

 

 

Les commentaires sont fermés.