Ansej: Tidjani Hassan Haddam annonce le dégel des activités du transport

Les activités créées dans le cadre des dispositifs d’appui à la création des micros entreprises dans le Grand-Sud feront, bientôt, l’objet d’un dégel.

C’est ce qu’a annoncé, à Alger, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, Tidjani Hassan Haddam, qui présidait une rencontre sur la gestion du dossier de l’emploi dans les wilayas du Sud.

Il s’agit, selon le ministre «d’un le dégel à titre exceptionnel au profit des wilayas du Sud. Cette décision concerne les activités de transport, tous types confondus, et bien d’autres projets».

Après avoir déclaré être conscient de la situation des demandeurs d’emploi dans les wilayas du Sud et qu’il partageait leurs légitimes préoccupations, Tidjani Hassan Haddam a affirmé que «cet état de fait requiert la conjugaison des efforts de tous les secteurs concernés pour une prise en charge optimale des préoccupations des demandeurs d’emploi, particulièrement les jeunes. J’appelle à œuvrer et à adapter la demande à la réalité du développement de manière à créer la richesse locale et contribuer, ainsi, à la relance de l’économie nationale».

Evoquant quelques résultats en matière de placement de demandeurs d’emplois durant les mois de juin et de juillet 2019 dans les wilayas du Sud, Tidjani Hassan Haddam a fait état de plus de 3 100 placements dans le cadre classique et plus de 280 placements dans le cadre des dispositifs des contrats de travail aidés (CTA).

Treize autorisation exceptionnelles ont été établies par des walis pour le recrutement de 340 mains d’œuvre hors wilaya, a ajouté Tidjani Hassan Haddam précisant qu’il s’agissait de spécialités ne pouvant être pourvues localement dans les secteurs des hydrocarbures, du bâtiment, des travaux publics et du tourisme.

Concernant la création d’activité dans le cadre de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) et du Fonds national d’assurance chômage (CNAC), le ministre a fait état, pour la même période, du financement de plus de 190 micro-projets ayant permis la création de plus de 455 emplois contre 111 projets, durant la même période de l’année 2018, et qui avaient permis la création de 291 emplois, soit un taux de croissance estimé à 71%.

En dépit des réalisations accomplies au niveau de ces wilayas, les chiffres enregistrés ne traduisent pas nos ambitions et les attentes des citoyens en matière d’emploi et de résorption du chômage, a indiqué le ministre, imputant certaines causes entravant le placement de la main d’œuvre locale  au décalage entre la formation et les besoins du marché de l’emploi.

«Les visites des cadres centraux sur le terrain dans les wilayas du Sud et les rapports émanant des services du secteur ont fait ressortir certains constats comme des conditions rédhibitoires imposées par certaines sociétés et entreprises économiques activant dans la région pour des postes qui ne requièrent pas de hautes qualifications”, a ajouté le Premier responsable du secteur.

Entre autre facteurs, Tidjani Hassan Haddam a cité l’opacité qui caractérise la gestion des offres d’emploi de la part de certaines entreprises qui ne respectent pas l’obligation de passer par le canal de l’Anem dans le cadre de la médiation et l’atermoiement dans l’annonce des listes définitives des opérations de sélection, entraînant souvent des protestations de la part des demandeurs d’emploi.

Par ailleurs Tidjani Hassan Haddam l a appelé à accélérer l’élaboration de cartographies des activités disponibles dans chaque wilaya afin de définir les secteurs qui peuvent accueillir les projets d’investissement, et renforcer le rôle du contrôle, d’accompagnement et d’orientation pris en charge par les services de l’Inspection du travail, afin de veiller à l’application de la législation du travail.

Rabah Nadri

Les commentaires sont fermés.