ANGEM : De nouvelles mesures d’aides aux micro-crédits

Le seuil du prêt non rémunéré accordé par l’Agence nationale du microcrédit ( ANGEM ) aux bénéficiaires du micro crédit est relevé à 29 % du coût global de l’activité  sans que ce dernier ne dépasse le million de dinars selon les disposition d’un décret  exécutif signé par Noureddine Bedoui en fin avril.

Ce prêt est destiné à l’acquisition de petits matériels, des matières premières et des fournitures nécessaires au démarrage du projet.

Par ailleurs, les promoteurs de projets ayant déjà bénéficié de prêts dans le cadre de ce même dispositif et les ayant déjà remboursés sont éligibles à un nouveau prêt non rémunéré pour l’achat de matière première plafonné à 100.000 dinars pour l’ensemble des wilayas à l’exception de Béchar, Adrar, Tindouf, Biskra, El Oued , Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Illizi et Tamanrasset pour lesquelles le montant autorisé peut atteindre 250.000 dinars.

Le financement du micro crédit par l’ANGEM cible une catégorie de la population particulièrement vulnérable aussi bien dans les zones urbaines que les zones rurales et montagneuses. Il permet à des personnes démunies disposant d’un métier ou d’une qualification de devenir auto entrepreneuses.

Depuis sa mise en place ce dispositif a accordé plus de 880.000 prêts bonifiés qui ont permit la création de plus de 1, 3 millions d’emplois.

Il faut souligner que les femmes sont les premières bénéficiaires puisque avec 560.000 prêts elles représentent prés de 70 % de l’ensemble des prêts accordés.

L’ANGEM  développe une assistance et un accompagnement, hors services financiers, aux porteurs de projets puisque des formations aux techniques de gestion et de management des projets sont régulièrement  dispensées.

Il faut rappeler que le financement des microcrédits  par l’ANGEM est  un des dispositifs mis en place par les pouvoirs publics pour créer de l’emploi et développer l’économie, aux cotés du dispositif ANSEJ destinés au jeunes, du dispositif CNAC destiné aux personnes en chômage ou ayant perdu leurs emplois, du dispositif de soutien du fond de la Zakat,  du dispositif ANDI pour l’industrie et les investissements lourds.

Sarah Chabi

Les commentaires sont fermés.