Air Algérie : Licenciements et polémique autour des salaires

L’ordre du jour de la réunion dite de réflexions sur la situation de la compagnie nationale Air Algérie, fortement impactée par les mesures prises pour faire face au Covid-19, organisée jeudi dernier par la Direction générale de la compagnie aérienne avec les partenaires sociaux  pour dégager une piste de réflexion pour sortir de la crise, ne semble pas plaire à ceux qui y ont pris part et suscite la colère de ceux qui y ont été exclus. Cette réunion est la deuxième du genre, la première a eu lieu le 07 mai dernier.

Le oui, mais du SPLA

Ainsi le  syndicat des pilotes de lignes algériens (SPLA) qui a pris part à cette rencontre rejette les propositions faites par la Direction générale pour réduire de 50% les salaires tant que les avions restent cloués au sol. «Il a été́ question à un moment de la discussion de donation. La réponse du SPLA était un refus catégorique. » Lit-on sur le communiqué où il est précisé que le syndicat, qui rejette l’idée de la donation lui préfère  celle du prêt. Le  montant et les modalités de remboursement seront définit  dès que les représentants des travailleurs sont en possession de toutes les informations relatives à la trésorerie de l’entreprise. Et une fois la simulation du remboursement mensuel clairement définis sur la fiche de paie prête.

« Le remboursement de ce prêt sera tributaire du % de l’activité́ qui se répercutera sur la trésorerie  de la compagnie en positif. La durée et les modalités de remboursement seront à définir avant. Le moyen que nous aurons de suivre cela, consistera en des réunions périodiques qui statueront sur l’état financier de la compagnie.» Soutient le SPLA, qui souligne que Bekhouche Allache, l’actuel président directeur général, pour rappel un ancien syndicaliste du SPLA, a indiqué qu’il mettrait à « la disposition des partenaires sociaux tous les chiffres qui aideront à voir plus clairement et continuellement la situation financière de la compagnie.»

Cette même source précise que le Pdg a affirmé que le salaire de mai (activité mars) sera débloqué en totalité.  Le SPLA  soutient que l’aide de l’Etat et celle des travailleurs d’Air Algérie  sous forme de prêt et non de dotation devraient permettre à la compagnie de maintenir le cap d’ici la fin de l’année.

Le niet de l’UGTA/PNT

Le syndicat des pilotes de lignes  (UGTA /PNT) dénonce quant à lui la marginalisation dont il a fait l’objet. Dans son communiqué il qualifie la rencontre du 14 mai dernier de « réunion secrète n’ayant pas fait l’objet d’une invitation officielle ». Regrettant que la direction générale n’ait trouvé comme solution pour réduire la masse salariale que le recours  à réduction  de 50% les salaires de reliquats de congés. Congés, précise cette source, refusés en raison de la tension de travail. Rappelant l’annonce faite par le porte-parole de la présidence de la République- ne pas toucher aux salaires- la section UGTA /PNT affirme ne vouloir négocier aucune réduction des salaires sous aucune forme que ce soit.

« Nos salaires ne sont pas fixes comme les autres compagnies et sont majoritairement tributaires des heures de vols réalisées. De ce fait le protocole salarial dont nous sommes signataires a déjà pris en compte le cas de baisse d’activité qui se répercute systématiquement par une diminution conséquente des salaires.» Fait remarquer l’UGTA/PNT qui estime que pour sauver la compagnie, il existe de vraies solutions managériales autres que la réduction salariale.

Le SNTMA préconise le départ à la retraite pour réduire la masse salariale

Les techniciens d’Air Algérie se sont compte à eux longuement exprimé sur le sujet. Sur leur page Facebook, ils regrettent entre autres le fait que lors de cette réunion prévue pour dégager une série de proposition à même d’aider la compagnie à passer ce cap, aucune présentation chiffrée de la situation actuelle de la compagnie n’a été présentée. Ni  Aucune une projection pour expliquer le manque à gagner, les dettes de l’entreprise aux différents fournisseurs sans évoquer à  aucun moments les créances.

Le SNTMA  soutient qu’il a proposé lors de la réunion  du 07 mai dernier le recours  à « une ponction sur salaire sous forme de prêt à l’entreprise, dont la modalité du remboursement et le taux de la ponction feront l’objet d’un commun accord.  Ajoutez à cela l’ouverture de la voie de la retraite à toutes personnes ayant atteint l’âge légal et négocier avec l’Etat l’éventualité de donner la possibilité à un programme de départs volontaires selon le besoin. » Ce qui  précise-t-on contribuera à réduire la masse salariale de l’entreprise.

Aucune exclusion selon le porte-parole d’Air Algérie

Contacté par nos soins pour savoir les raisons de l’exclusion de  l’UGTA/PNT de cette réunion, le porte-parole d’Air Algérie nous affirmé que tous les partenaires sociaux ont été conviés à cette réunion. « Une invitation a été adressée  au secrétaire général de l’UGTA Air Algérie. Elle devait être notifiée à toutes les sections UGTA de la compagnie ».

21 hôtesses et stewards licenciés  

Il y a deux jours 21 hôtesses et stewards ont été licenciés. Il s’agit des hôtesses et stewards qui ont déclenchés en février dernier une grève sans préavis qui avait fortement perturbée la compagnie et engendrée un réel manque à gagner. Pour rappel cette grève avait été déclarée illégale par la justice. Suite à quoi 40 stewards et hôtesses de l’air qui ont été suspendus à titre conservatoire.Pour rappel, cette grève a été initié par le Syndicat National du personnel navigant commercial Algérien (SNPNCA), dont les membres ont empêché les personnels navigants commerciaux d’effectuer leur vols.

Sarah Chabi

Les commentaires sont fermés.