L’exportation de la viande de bœuf de la Russie vers l’Algérie compromise?

Le dossier de l’exportation des produits laitiers, la viande de bœuf et ses sous-produits de la Russie vers l’Algérie n’est pas encore validé par les Services vétérinaires du Ministère de l’Agriculture du Développement Rural et de la Pèche et de la Pêche.

« Les deux certificats sanitaires vétérinaires qui concerne le lait, les produits laitiers et de la viande bovine  remis par la Direction de surveillance du ministère Russe de l’Agriculture à la Direction des Services Vétérinaires du Ministère de l’Agriculture du Développement Rural et de la Pèche, sont en cours d’étude par nos services vétérinaires», nous a indiqué une source fiable de la direction des services vétérinaires du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.

Les services vétérinaires algériens ont adoptés plusieurs certificats sanitaires vétérinaires avec de nombreux pays  sans que cela se traduise systématiquement par des échanges.

L’opportunité de mettre en place ce type d’accord sanitaire favorise les échanges entre les pays, notamment les opportunités d’accès aux marchés externes de nos produits agricoles (viande ovine, sous produits laitiers, la laine, les sous produits avicoles.

Pour rappel, lors des travaux de la 87e session générale des délégués de l’Organisation mondiale de la santé animale qui s’est tenue à Paris du 26 au 31 mai 2019, l’Algérie a été représentée par le directeur des services vétérinaires Hachemi Kaddour Karim.

Au cours de cette session, il a été abordé notamment l’effet des facteurs externes (environnement) sur les services vétérinaires et la situation actuelle de la santé animale dans le monde.

Par ailleurs, en marge de cette session, des rencontres bilatérales ont été organisées en commun accord entre les pays pour discuter du dispositif de mise en place de certificats sanitaires.

Dans ce cadre, le directeur des services vétérinaires algériens a rencontré son homologue russe pour discuter de l’état d’avancement des certificats sanitaires en cours de négociation entre les deux pays.

La partie russe a remis au directeur des services vétérinaires deux propositions de certificats sanitaires vétérinaires, l’un concernant les viandes et l’autre le lait et les produits laitiers.

Pour rappel, Hachemi Kadour nous a indiqué que, durant les quatre premiers mois de l’année 2019, l’Algérie avait importé 28.000 tonnes de viande rouge, soit près de 70.000 têtes bovines.

Cette quantité vient compléter la production nationale de têtes ovines et bovines abattues à l’intérieur du pays et vendue au niveau des marchés pour répondre aux besoins des citoyens.

Sofiane Hennad

 

Les commentaires sont fermés.