mercredi 15 août 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Finances > Banques > SUNDOUS ENERGY : Pour la promotion des énergies renouvelables en Algérie

SUNDOUS ENERGY : Pour la promotion des énergies renouvelables en Algérie

Sundous Energy est parmi ces entreprises privées algériennes qui se présentent avec une vision spéciale sur l’avenir des énergies renouvelables considérées comme «l’unique solution pour l’Algérie de demain. Celle de l’après-pétrole», nous dira d’emblée Mme Amina Benhamou, gérante de cette ambitieuse entreprise.

Ce bureau d’études en engneering et énergétique, spécialisé également dans l’installation et la formation dans le domaine des énergies renouvelables, a été créé par le Dr Amina Benhamou, docteur en énergétique, ex-chercheur à l’UDES et CDER, professeur chercheur à l’université de Boumerdès assurant des cours et de la recherche dans ce domaine qui considère l’énergétique comme «un créneau d’avenir où l’Etat veut promouvoir.

Il fallait donc tout simplement s’y investir pour que ce dernier trouve des compétences sur le terrain et mener à bien ces objectifs». Selon l’intéressée, «on cède un peu trop, en Algérie, à une sorte de focalisation sur l’énergie solaire alors que les autres énergies vertes, à savoir l’éolienne géothermique ou la biomasse, hydraulique, peuvent même se révéler plus efficaces et plus rentables.

A l’exemple de la biomasse qui a un double rôle et qui pourra à la fois, outre de préserver l’environnement par le prétraitement des déchets organique, produire l’électricité et autre biocombustible et, à la fin, récupérer les déchets traités en les rendant frétillants ainsi que pour d’autre finalités d’utilisation.

A ce titre, l’Algérie dispose d’énormes déchets organiques qui ont une influencent négative sur notre environnement. La géothermie aussi peut constituer une source d’énergie rentable et efficace à partir de la chaleur des profondeurs de la terre en vue de la production de chaleur et d’électricité.» Dans ce contexte précisément, l’Algérie dispose d’un grand gisement géothermique qui pourra servir.

En comptant aussi sur l’énergie hydraulique pour la production de l’électricité à partir des eaux des barrages et des vagues de mer.

Il est temps, toujours selon notre interlocutrice, de s’investir dans les énergies autres que le solaire et en plus beaucoup moins coûteuses.

«A mon avis, il faut oeuvrer au développement des autres énergies renouvelables, chaque pays suivant ses disponibilités en termes d’importance des gisements qu’il possède», ajoute Mme Benhamou qui, insiste-t-elle, concernant Sundous Energy, étale les ambitions de l’entreprise qu’elle dirige qui «vise très grand et voit aussi très loin.» Son objectif, selon sa première responsable, est de «créer un pôle des énergies renouvelable en Algérie qui permettra aux spécialistes du domaine de trouver tout ce qu’il faut pour se développer et ce, au plan de la formation et de la disponibilité des études et du matériel fabriqué localement.

C’est, en ce qui nous concerne, en voie de réalisation en partenariat avec une entreprise canadienne».

PORTRAIT : Amina Benhamou ou le tout-formation
Agée de 38 ans et née à Tlemcen), Amina Benhamou, qui est issue d’une famille instruite, a vécu une jeunesse pleine d’activités entre autre le sport et la musique.
Elle se distinguera par ailleurs par une excellence dans les différents paliers de ses études pour décrocher à l’arrivée et haut la main, son diplôme d’ingénieur d’Etat en génie mécanique énergétique, suivi d’un magistère en machine thermique avant de conclure son brillant parcours par un doctorat en science physique énergétique et matériaux.
Forte de ce bagage et après avoir acquis une expérience professionnelle appréciable, aussi bien dans le domaine pétrolier et gazier que de la recherche scientifique dans le domaine des énergies renouvelables, Mme Benhamou, en chef d’entreprise accompli, s’investit aujourd’hui
totalement, avec plus ou moins de succès et l’ambition affichée d’élever son établissement au rang de leader dans le domaine, vers une carrière dans l’enseignement centrée sur la recherche et la gestion d’une entreprise privée.
Elle a été récemment proposée, à Bruxelles, à la présidente d’une organisation mondiale composée de pays européens et arabes, en l’occurrence l’Arabe Platforme of Free Energy and Energyefficiency, l’APFREEE par abréviation. Belle preuve de reconnaissance.

Par Rachda Bensâada