jeudi 15 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Economie > National > Report du démantèlement tarifaire Algérie-UE

Report du démantèlement tarifaire Algérie-UE

Une opportunité pour la mise à niveau de l’entreprise selon Said Djellab

La mise en place de la zone de libre échange, prévue en 2020 suite au report du démantèlement tarifaire défini par l’accord d’association algéro-européen, constitue « une nouvelle donne pour l’entreprise algérienne qui doit se préparer au mieux à cette échéance », a estimé M. Saïd Djellab, Directeur du suivi des accords régionaux commerciaux et de la coopération.

« L’entreprise doit intégrer cette nouvelle donne dans sa stratégie de développement pour se préparer de la manière la plus optimale à cette échéance”, a souligné ce responsable dans une déclaration à l’APS en marge d’une journée d’information qu’il a présidée à la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO).

Cette rencontre régionale, initiée au profit des opérateurs économiques activant dans l’Ouest du pays, s’inscrit, a-t-il expliqué, dans le cadre d’un programme initié par le gouvernement en vue d’expliquer aux opérateurs le nouveau schéma du démantèlement tarifaire.

Said Djellab a rappelé, dans ce contexte, qu’une première rencontre à caractère national a été présidée par le ministre du Commerce le 28 août dernier à Alger, quelques jours avant la mise en £œuvre du nouveau schéma de démantèlement (1er septembre).

La deuxième journée d’information, de dimension régionale (Est), s’est tenue à Sétif, tandis qu’une autre est prévue prochainement pour la région Sud du pays.

Cette campagne d’information sera orientée dans une deuxième phase vers les différents pôles industriels du pays, conformément aux objectifs assignés en termes d’actions de proximité, a annoncé ce responsable.

Les négociations entre l’Algérie et l’Union Européenne ont été menées pendant deux années, période marquée par la tenue de huit sessions entre les experts des deux parties.

« Le cœur du sujet, c’est que maintenant l’entreprise algérienne dispose de huit années de marge de protection durant laquelle elle doit se préparer à l’entrée en vigueur des démantèlements relatifs à la zone de libre échange » , a fait remarquer le Directeur du suivi des accords régionaux commerciaux et de la coopération.