samedi 17 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Management > Ressources Humaines > MDI Business School : Un visa pour l’excellence

MDI Business School : Un visa pour l’excellence

Doucement mais sûrement. Avec rigueur. Il y a un peu moins de vingt ans, aboutissait un rêve. Celle d’un homme. Homme de son temps qui, inlassablement, veut faire profiter l’économie algérienne de ses idées en lui donnant l’opportunité d’acquérir une perspective internationale dans le débat sur le rôle et le potentiel de entrepreneuriat en Algérie.

Il y a un peu moins de vingt ans (1996) était créé le MDI-Business School, premier établissement privé d’enseignement supérieur de gestion en Algérie avec pour mission de «préparer à l’exercice de fonctions managériales supérieures dans les entreprises…» Répondre à des besoins d’une brûlante actualité mondiale quand on sait que, désormais, et on le répète très souvent du côté des initiateurs de cet ambitieux projet, le management et les sciences de gestion, ainsi que le marketing et l’organisation des entreprises, sont devenus des thèmes récurrents que doivent maîtriser nos managers et chefs d’entreprise, notamment dans le contexte difficile de la mondialisation et de la globalisation où le démantèlement tarifaire et des frontières commerciales pourraient broyer les entreprises non compétitives.
Mondialisation, globalisation ou comment ne pas rater le train des profonds changements qui bouleversent la scène économique (pas seulement) internationale. Difficile exercice.
Comment passer de la conception de l’usine à celle de l’entreprise. Une question (c’est sa mission) à laquelle semble répondre, depuis et avec succès, le MDI-Business School qui mobilise ses ressources humaines et matérielles pour apporter sa contribution dans des domaines aussi divers mais l’un n’allant pas sans l’autre comme :
– La formation des femmes et des hommes à haut potentiel.
– le développement de programmes novateurs préparant les futurs cadres et dirigeants à faire face aux enjeux et défis (inévitablement) de la mondialisation.
– la recherche appliquée dans les différentes disciplines du management.
Pour répondre aux défis lancés, MDI-Business School a mis en place un dispositif d’écoute actif de l’environnement lui permettant d’adapter ses programmes aux besoins de ses clients et partenaires.

« Comment vendre avant de produire ? »
MDI-Business School, qui propose des formations de standards internationaux et poursuit une politique de partenariat avec les Business Sschools internationales et universités parmi les plus prestigieuses (membre, entre autres, de l’EFMD (European Foundation for Management Development), pour offrir des enseignements innovants dans les domaines du management et de la gestion du changement, apporte modestement sa contribution au débat.

MDI-Business School est «une entreprise à l’écoute de son marché», rappelle son premier responsable.
Depuis le lancement du programme MBA, avec l’EDEHC de Lille en 1996, qui a permis la formation de près d’un millier d’ingénieurs-managers, un ambitieux programme a été concrétisé avec le précieux concours de grandes institutions.

Un partenariat qui permettra, notamment, de crédibiliser toutes les actions menées. A la base des succès enregistrés. Certifié ISO 9001 version 2008, MDI occupe une des toutes premières places parmi les écoles sur le continent africain. Comme on le voit, MDI- Alger a rapidement acquis une forte notoriété auprès des entreprises et de la communauté des affaires, ce qui lui vaut, aussi, d’organiser les plus importants évènements managériaux en Algérie.

Portrait


Brahim BENABDESLEM
(Directeur Général de MDI-Business School)

Le dynamisme entrepreneurial ou le défi permanent

«Rejoindre Business School, c’est choisir l’excellence académique et la pertinence professionnelle », est un des slogans phares prônés par une entreprise avançant à pas sûrs. En droite ligne de la personnalité de son fondateur, pour qui, justement, l’excellence n’est pas un vain mot à voir le chemin parcouru depuis sa création.
Une véritable philosophie qui vaut, aujourd’hui, à cet infatigable bosseur, toujours à la recherche de l’excellence, de marquer de son empreinte le monde de l’entreprise algérienne à l’heure des grands enjeux et des bouleversements qui agitent la planète. Depuis sa sortie de l’université d’Alger, avec en poche le diplôme 3e cycle en gestion, ce père de deux enfants fera son petit chemin en initiant nombre de projets porteurs, dont le MDI-Business School, dont il préside aux destinées et qu’il mène, année après année, succès après succès, vers la reconnaissance internationale en récoltant, seize ans à peine après en avoir jeté les bases, les fruits.
En plus des sollicitations nombreuses sur le plan international avec, comme prime à l’excellence et, à la clef, plusieurs partenariats pédagogiques et de recherche avec des universités et grandes écoles européennes de management, et en chef d’entreprise convaincu de ses choix, c’est tout naturellement qu’il est entouré de tous les égards de la part de ses pairs algériens.
Membre fondateur de l’Académie Algérienne de l’Entrepreneuriat, ce n’est pas pour rien qu’il assume, également, la lourde charge de la direction de la Business Management Review. Expert auprès du Conseil national consultatif de la PME (CNC-PME), on le retrouve à la tête du Club Excellence Management (un espace de rencontres et de débats pour dirigeants d’entreprise (plus de 120 patrons) dont il est, en 1998, le fondateur.
Membre du conseil d’administration de Cevital (premier groupe industriel privé en Algérie), dont il préside le comité ressources humaines & nominations, il est, également, membre du bureau exécutif du Forum des chefs d’entreprise en charge des questions économiques.
Et c’est en cette qualité qu’il est chargé, en novembre 2008, de présider le comité d’organisation du 10e Congrès des hommes d’affaires arabes tenu à Alger. «Excellence académique, pertinence professionnelle», toujours !

Les formations destinées aux entreprises : MDI à l’écoute de son marché


Une question somme toute naturelle : les clients proviennent-ils beaucoup du public ou du privé? Réponse de MDI : trois types de populations, dont ceux qui viennent des entreprises nationales privées ou publiques. La tendance, aujourd’hui, insiste-t-on, étant le privé, qui forme beaucoup plus que le public. Avec une mention, dira-t-on, spéciale pour les entreprises étrangères installées en Algérie qui forment énormément leur personnel.
Depuis sa création en 1996, MDI, qui essaye sans cesse de s’adapter au marché, et devant la rareté de managers au niveau national, s’est donc attelé à la prise en charge des ingénieurs en leur donnant le complément d’information management, pour leur permettre de devenir ingénieur-
manager en partenariat avec de grandes institutions dans le but d’accéder d’abord, de profiter ensuite des ressources immenses dont elles disposent et qu’on ne trouve pas encore en Algérie.
Et les fruits sont là. Aujourd’hui, et forte de sa riche expérience, MDI diversifie ses activités avec, par exemple, des formations à la carte provenant des entreprises sur la base d’un cahier des charges.
Des demandes auxquelles MDI répond efficacement grâce à une démarche efficiente qui lui a permis de présenter un bilan élogieux avec, notamment, la formation de la relève de la plus grande entreprise du pays, Sonatrach, d’innombrables potentiels futurs dirigeants de Sonelgaz, les cadres de Cevital, ETRHB, OTA, Mobilis, qui sont indiscutablement parmi les entreprises les plus cotées, en plus des sociétés étrangères implantées dans le pays, à l’exemple de KPMG, Nauff ALGERIE, Sasace, Lafarge, BNP Paribas, Citi Bank, avec lesquelles des liens étroits et privilégiés sont entretenus. avec des formations variées, MDI apporte sa contribution au management et à l’efficacité des entreprises algériennes.
Former sur place les dirigeants et cadres à haut potentiel, pour les faire entrer dans le cercle des managers internationaux par des formations de haut niveau, sanctionnées par des diplômes prestigieux destinés à des dirigeants et managers expérimentés souhaitant actualiser, renforcer et élargir leurs champs de compétences en management et stratégie de l’entreprise, tout en poursuivant leurs activités professionnelles.
on citera :
– Executive MBA Management for Change
– MBA international Paris, avec deux options : – Services financiers, Distribution-Marketing.
– Master en Management des Entreprises
– Master Droit des Affaires

Partenariat avec les universités parmi les plus prestigieuses
S’affirmer comme l’un des pôles d’excellence du management en Méditerranée

«Chaque fois qu’il y a une formation diplômante, je cherche un partenaire.» En rappelant cette vérité, le premier responsable de MDI reste à l’écoute des nouveautés dans le monde. En insistant à chaque fois que la vocation internationale de MDI-Alger Business School s’appuie sur un réseau d’alliances structurelles avec de grandes universités et écoles européennes parmi les plus illustres : IAE-Paris 1 Sorbonne Université Paris-Dauphine Edhec Business School (Lille, Nice), Audencia-Nantes, Groupe CEGOS, Ichec Bruxelles…
Dans la logique justement du lancement, en 1996 déjà, d’un programme MBA avec l’EDEHC de Lille ayant permis de former de nombreux ingénieurs-managers
et, par la suite, d’un programme en marketing avec Paris Dauphine et Paris Sorbonne, ou d’un programme de finance d’entreprise avec Paris Dauphine, de management des achats avec Grenoble, l’une des meilleures écoles françaises de management dans ce domaine. «Lorsque je travaille avec Paris, je mobilise les meilleurs professeurs de Paris Dauphine et Paris Sorbonne qui viennent à Alger ! C’est cela le grand intérêt des partenariats.»
En devenant membre de l’EFMD (Europe Fondation for Management Development),
MDI – Alger international poursuit une politique de partenariat avec les Business Schools et universités parmi les plus prestigieuses pour offrir des enseignements innovants dans les domaines du management et de la gestion du changement.
Cette politique a été engagée par le lancement, en 2004, du projet Energizing Change, mené en partenariat avec l’IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui vise la formation au management de l’ensemble des tops managers du secteur algérien de l’énergie et des mines.
Fort de ses partenariats actuels, et de sa faculté de professeurs connaissant bien le contexte algérien, MDI – Alger veut s’affirmer comme l’un des pôles d’excellence du management en Méditerranée.
La mise en place du MBA International Paris, développé en partenariat avec l’IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université Paris-Dauphine, s’inscrit naturellement dans cette vision. Le MBA a pour objectif d’apporter une formation de haut niveau à des cadres en activité, en vue de les accompagner dans leur évolution au sein de l’entreprise.

Un comité scientifique comme gage de confiance

Doté d’un comité scientifique international, le MDI Alger rejoint la liste des écoles prestigieuses de commerce. Dans ce cadre, et outre la présence de son président directeur général, Brahim Benabdeslem, et des expatriés algériens ayant fait la preuve de leurs compétences avérées, on retrouve un panel de maîtres de conférences, chercheurs et enseignants de réputation mondiale dans le domaine du management, activant aux quatre coins du monde et dans les plus grandes institutions, à l’image du CNRS France, l’University of Minnesota, Carlson School of Management (USA), l’European Shool of Management and Technology (Ggermany), Kingston University, London (United Kingdom), HEC Genève (Switzerland), Brock University, Faculty of Business , Ontario (Canada).
Autant de marques de reconnaissance (elles se comptent par dizaines) qui confèrent à MDI Alger Business School, un rôle majeur dans la contribution à l’émergence d’entreprises algériennes en mesure de relever le défi de la mondialisation.
Autant qu’elle permettra aux entreprises étrangères, qui misent sur l’Algérie, pour jouer un rôle majeur en Méditerranée, de mieux appréhender le marché national.

Par Sara Chabi