mercredi 20 juin 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Finances > Banques > La Mastercard commercialisée par la BEA

La Mastercard commercialisée par la BEA

En partenariat avec Mastercard, leader mondial dans le secteur du paiement électronique, la Banque extérieur d’Algérie  (BEA) lance  une gamme de solutions de paiement  en direction des consommateurs et des entreprises, annoncent les deux organismes dans un communiqué publié en  commun.

Ainsi, la BEA est  de ce fait, la première banque Algérienne à commercialiser la Mastercard,  un produit accessible aux clients détenteurs d’un compte en devises. Cette prestation  sera également utile aux voyageurs du Hadj et l’omra, et les touristes Algériens  qui pourront ainsi avoir des cartes prépayées, à la fois sécurisées, simples et pratiques. Le choix de Mastercard pour la BEA s’explique par l’importance du portefeuille clients de la banque en comptes devises,  ainsi que l’expérience qu’elle comptabilise en matière de système de paiement  surtout dans le domaine de la monétique, une expérience   qui date de plus d’une trentaine d’années.

La nouvelle offre comprend une gamme complète de produits entreprise à savoir Business et World Business. Il s’agit de deux cartes à savoir, la Master Card Elite  et la World Elite Mastercard.

Pour rappel, un contrat avait été signé entre les deux organismes en février 2018, pour structurer l’activité monétique. A travers ce contrat, Mastercard, doit accompagner la banque sur le plan financier et fonctionnel.  C’est-à-dire qu’en plus de l’émission des cartes de paiement, Mastercard a pour mission d’aider la banque pour définir une stratégie digitale, exigée par les pouvoirs publics.  En fait, c’est un projet structurant qui s’étalera sur cinq années, avec  une action plus concentrée durant la première année.

Le contrat qui a été signé  entre les deux organismes le 1er février 2018, prévoit de mettre sur le marché une centaine de millier de cartes de paiement en devises.  Cela  réduira un tant soit peu, le retard que connaît l’Algérie en matière d’utilisation de cartes bancaires pour le paiement en devises.

R.D.