vendredi 20 juillet 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > LaUne > Logistique et transport : la BM classe l’Algérie à la 75eme place

Logistique et transport : la BM classe l’Algérie à la 75eme place

L’édition 2016 de l’indice de performance logistique publié le 28 juin par la Banque mondiale qui concerne 160 pays, positionne l’Algérie à la 75eme place de ce classement qui met l’Allemagne en tête pour la 3eme fois. Ce classement tient compte  des procédures de dédouanement, de la qualité des infrastructures ou du  respect des délais de livraison. Cette enquête internationale menée auprès d’un millier de professionnels entre transitaires et transporteurs a évalué la performance « des principales composantes des chaînes d’approvisionnement (délais, coûts, procédures à l’importation et à l’exportation ».

Classée 20eme à l’échelle mondiale,  l’Afrique du Sud occupe la 1ere place à l’échelle continentale,  le Kenya  , 42eme sur 160 talonne le pays de Mandela, la 3eme place du Top 10 africain est revenue à  l’Égypte,   49eme  à l’échelle mondiale, suivie du  Botswana (57eme ),  de l’Ouganda (58),  de la Tanzanie (61eme ), du  Rwanda (62eme ), l’Algérie quant à elle occupe la 8eme place sur le continent africain, elle est suivie de la Namibie (79eme) et du  Burkina Faso (81eme) qui  ferme le classement des dix premiers pays africains. Le Maroc qui occupe la  86eme se retrouve à  la 12eme place en Afrique,   positionnée à la 110eme place  dans le classement mondial, la Tunisie occupe la 22eme place sur le classement  Continental que ferment la Guinée Equatoriale, la Mauritanie et la Somalie.

Pour rappel, le rapport et l’indice de performance logistique  sont élaborés par l’équipe du Groupe de la Banque mondiale chargée du commerce avec le soutien de la Fédération internationale des associations de transitaires et assimilés (FIATA). Ils tiennent compte des 6 principaux critères, à savoir :

-Efficacité des procédures de contrôle aux frontières (rapidité, simplicité et prédictibilité des formalités)

–  Qualité des infrastructures de commerce et de transport (ports, chemins de fers, routes et TIC)

-Compétitivité des prix de transport de marchandises  à l’international

-Compétence et qualité des services logistiques

-Capacité à assurer le suivit d’un déchargement

-Capacité à assurer les livraisons dans les délais

« L’édition de cette année met encore en évidence la complexité des réformes et la diversité des priorités selon chaque pays et son niveau de performance logistique, Les politiques régissant la logistique ne se limitent plus au transport ou à la facilitation des échanges. Elles s’inscrivent dans un programme d’action publique plus vaste couvrant les services, le développement des équipements, les infrastructures et l’aménagement de l’espace. » Fait remarquer , dans le communiqué de presse de la Banque mondiale Daniel Saslavsky, du pôle mondial d’expertise en Commerce et compétitivité du Groupe de la Banque mondiale et coauteur du rapport.

R.N.