mercredi 14 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Développement durable > Energie > Les PME mal assurées, selon l’UAR

Les PME mal assurées, selon l’UAR


L’assurance du risque lié à l’entreprise est estimée à 30 % en 2013.
« Selon nos prévisions, le chiffre d’affaires du secteur des assurances peut atteindre 120 milliards de dinars à fin 2013 », a affirmé Lamara Latrous, président de l’Union des assurances et des réassurances, au cours d’un séminaire sur les assurances des entreprises organisé par la Compagnie centrale de réassurance (CCR).
Il était de l’ordre de 99,92 mds de dinars en 2012.

Une amélioration notable mais pas révélatrice de la situation réelle des assurances, notamment en ce qui concerne le risque lié à l’entreprise. Les assurances contractées par les entreprises en 2013 sont estimées à 30 %. Ce qui fait dire à Lamara Latrous que les PME sont « mal ou pas du tout assurées » et que malheureusement les chefs d’entreprises ne savent pas convenablement assurer leur patrimoine. La tendance étant, selon le président de l’UAR, à la sous- évaluation du patrimoine pour contracter une police d’assurance la moins chère possible pour certains « risques tels que les locaux et les machines ».

Une situation due , entre autres facteurs, au fait que les assureurs n’accompagnent pas forcément les assurés en prodiguant des conseils par le truchement notamment de campagne de communication et de vulgarisation des produits proposés. Le fait que les risques soient rarement vérifiés et contrôlés est, selon Lamara Latrous, une autre des raisons de la « mal assurance » des PME.

Pour le PDG de la CCR l’essor des assurances peut aider à alléger la dépense publique « Les entreprises locales ont du potentiel à développer dans les risques liés au crédit et à la perte d’exploitation », a affirmé Hadj Mohamed Sebag, le PDG de la CCR, qui soutient que la diversification du tissu économique devrait « stimuler » les assurances des entreprises.
Et le programme d’investissement public est, selon lui, une opportunité qu’il ne fallait pas rater.« Il est de l’ordre de 286 mds de dollars dont une partie est dirigée vers la construction d’autoroutes, de ports, de rails et de projets d’énergie ainsi que les projets privés auraient pu développer les assurances des entreprises » , fait on remarquer par ailleurs.

Après avoir fait remarquer que l’assurance des entreprises représente 40 % du chiffre d’affaires total des assurances dans le monde à raison de 600 mds de dollars en 2012, le PDG de la CCR a estimé que « l’essor des assurances en Algérie peut aider à alléger la dépense publique destinée à la couverture des risques lourds tels que les catastrophes naturelles ou la protection de l’environnement ».

Selon des chiffres dévoilés lors dudit séminaire, 64 774 entreprises sont assurées avec un chiffre d’affaires des assurances de 44,46 millions de dinars, soit 45% du chiffre d’affaires global des assurances en 2012 contre 39 mds en 2011, soit une évolution de 11%.

« Le taux de pénétration des assurances dans les entreprises est de 0,27% du PIB », a indiqué Yacine Laribi, chef de division incendie à la CCR, qui soutient que l’ignorance du « Risk Managment » et le manque des cabinets d’expertises est pour beaucoup dans cette tendance de sous- évaluer le patrimoine pour contracter l’assurance la « moins- disante » possible.

Par Rabah Nadri