jeudi 15 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > DZentreprise > Zapping > Les chefs d’entreprise se plaignent de la sous-qualification du personnel

Les chefs d’entreprise se plaignent de la sous-qualification du personnel

Une enquête de l’ONS le révèle

L’activité industrielle devrait, selon l’enquête ,connaître une reprise au 1er trimestre 2012. Les patrons du secteur public misent, pour les mois prochains, sur des hausses de l’activité, de la demande des produits fabriqués, des prix de vente ainsi que des effectifs, contrairement à ceux du privé qui prévoient une baisse de la production et des effectifs. Par ailleurs, les chefs d’entreprise des deux secteurs prévoient une «meilleure perspective» de leurs trésoreries.

Près de 25% des chefs d’entreprise des deux secteurs jugent que le niveau de qualification du personnel reste «insuffisant» et la majorité des patrons déclarent, d’autre part, avoir trouvé des difficultés à recruter surtout le personnel d’encadrement, de maîtrise et d’exécution selon les résultats d’une enquête d’opinion réalisée auprès des chefs d’entreprise par l’Office national des statistiques (ONS) qui a touché 740 entreprises dont 340 publiques et 400 privées Le taux d’absentéisme est inférieur durant le 4e trimestre 2011 par rapport au précédent, ajoute l’enquête.

Près de 18% des entreprises publiques et seulement 2% de celles du privé ont enregistré des arrêts de travail en raison de conflits sociaux, inférieurs à 12 jours pour l’ensemble des concernés.

Quant aux effectifs, ils continuent de chuter en raison des départs volontaires et à la retraite non remplacés, selon les représentants du secteur public. La majorité des représentants des deux secteurs jugent qu’en embauchant du personnel supplémentaire, les entreprises ne vont pas produire davantage.

Pannes d’électricités et arrêts de travail

Sur un autre plan, près de 23% du potentiel de production du secteur public et prés de 63% de celui du privé ont enregistré des pannes d’électricité ayant provoqué des arrêts de travail de moins de 12 jours pour la majorité des entreprises des deux secteurs.
Selon l’enquête, les patrons des deux secteurs ont déclaré que l’approvisionnement en eau a été suffisant durant le dernier trimestre 2011, relevant par ailleurs une augmentation de la consommation d’énergie selon les entreprises publiques et une consommation stable pour le privé.

Matière première insuffisante et pannes d’équipements

L’enquête, qui porte sur le type et le rythme de l’activité industrielle, révèle que le niveau d’approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon près de 40% des industriels publics enquêtés, et de plus de 11% des patrons privés. En conséquence, plus de 13% du potentiel de production du secteur public et plus de 6% de celui du privé ont enregistré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail inférieurs à 10 jours pour plus de 95% des entreprises du secteur public concernées et inférieur à 29 jours pour plus de 96% de celles du privées.

Par ailleurs, l’enquête précise que près de 61% du potentiel de la production du secteur public et plus de 57% de celui du privé ont connu des pannes d’équipements, dues essentiellement à leur vétusté et à la sur utilisation des équipements, selon les représentants des deux secteurs. Près de 74% des chefs d’entreprises publiques et plus de 71% du privé affirment pouvoir produire davantage, seulement en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension des équipements 22% des entreprises publiques et 58% du privé ont eu recours à des crédits bancaires
Durant le 4e trimestre 2011, la trésorerie des entreprises est jugée «mauvaise» selon près de 39% des gestionnaires du secteur public, mais reste «bonne» selon plus de 28% de ceux du privé.

En outre, «l’allongement des délais de recouvrement des créances, les charges élevées et le remboursement des emprunts, le ralentissement de la demande et la rigidité des prix continuent d’influer sur la situation de la trésorerie des entreprises», avertit l’enquête.
Ainsi, près de 22% du potentiel de production du secteur public et près de 58% de celui du privé ont eu recours à des crédits bancaires, et plus de 41% des chefs d’entreprises du public et plus de 5% de ceux du privé ont trouvé «des difficultés à les contracter», relève l’office.

Par Kamelia Hamadèche