mardi 13 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Economie > National > L’Algérie s’achemine vers l’autosuffisance en ciment

L’Algérie s’achemine vers l’autosuffisance en ciment

Lors d’une visite de travail qu’il a effectuée dans la wilaya de Biskra, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, a affirmé que l’Algérie va progressivement vers «l’autosuffisance en ciment et en produits sidérurgiques».
Cette autosuffisance n’est pas venue du jour au lendemain, elle est le résultat de nouvelles installations devant être opérationnelles à court terme.

L’Algérie, qui importe environ 3 millions de tonnes de ciment par an, parviendra à couvrir ses besoins et réalisera même des excédents d’ici à 2016», a affirmé le ministre lors de sa rencontre avec les opérateurs économiques locaux au siège de la wilaya.
Il relève que ce sera la première fois, depuis l’indépendance du pays, que l’Algérie n’aura pas besoin de recourir aux importations pour satisfaire la demande nationale.

En effet, l’on enregistre l’entrée en activité de deux nouvelles cimenteries dans la wilaya de Biskra avec une capacité totale de production de 4 millions de tonnes.
Avec le réseau de cimenteries opérationnelles, anciennes et nouvelles, il serait possible de répondre à la demande du marché national en ciment.
Dans cette même optique, le ministre de l’Industrie a procédé à la pose de la première pierre de la cimenterie la Biskrie des ciments.

Cette unité, dont la capacité de production est évaluée à 1 million de tonnes, est réalisée par un investisseur privé et devrait être opérationnelle vers la fin de l’année en cours.

Une autre cimenterie, réalisée dans le cadre d’un partenariat algéro-français, sera réalisée dans la commune de Djemora.

Elle entrera en activité au cours du premier trimestre 2016 et produira 2,7 millions de tonnes par an.

L’autosuffisance ne sera pas assurée seulement pour le ciment puisque le ministre précise que «grâce à l’exploitation de deux nouveaux complexes sidérurgiques de Bellara et d’Oran, le pays est en voie d’assurer son autosuffisance en produits sidérurgiques».

L’Algérie verra bientôt sa facture des importations plutôt allégée, et c’est tant mieux pour l’économie nationale.

Par   Rania Derouiche