lundi 18 juin 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Economie > l’Algérie a enregistré une croissance de 3,5 % de son PIB en 2018, selon la BAD
Vue d'Alger

l’Algérie a enregistré une croissance de 3,5 % de son PIB en 2018, selon la BAD

L’Algérie terminera l’année 2018 avec un taux de croissance de 3, 5% de son PIB  et un taux légèrement  amélioré de   3,8% pour l’année 2019. Ces projections  formulées  par la Banque Africaine de Développement,  dans son dernier rapport sur la perspective de développement économique, présagent d’un  retour à des niveaux de croissance plus optimistes,  que l’Algérie a connus avant 2017.

Ce retour à la croissance prend son origine, selon ce qui est expliqué  dans le  rapport, dans  tout ce que les pouvoirs publics ont consenti comme efforts  pour l’assainissement des dépenses publiques, le rééquilibrage des comptes extérieurs, la relance des investissements publics et enfin la reprise du secteur des hydrocarbures.

Les indicateurs économiques annoncent donc une période plus positive pour l’économie nationale. En effet, l’inflation qui s’était fixée à 5,3% en 2017, devra s’établir autour de 4,5% en 2019 et 4µ en 2019. En même temps, le déficit budgétaire qui était de l’ordre de 15% en 2015, a baissé jusqu’à 12,6%  en 2016, a finalement atteint 6,4% en 2017. Selon le rapport de la BAD, cette tendance à la baisse devrait se poursuivre en 2018 où ce déficit sera de 3% et sera  résorbé en 2019 avec un taux de -0,3%.

« L’impact sur les comptes extérieurs a porté le  déficit du compte courant de 4,3% du PIB en 2014 à 16,4% en 2016. Celui-ci devrait diminuer en 2018 à 5,6% et en 2019 à 1,4% » expliquent les rédacteurs du rapport qui justifient ces résultats par l’assainissement des dépenses publiques et le rééquilibrage des comptes extérieurs ».

Pour rappel, l’Algérie a connu en 2017 un taux de croissance de son PIB de 2,2%, soit une baisse par rapport à l’année 2016 où cette croissance était de 3,3%. Cette baisse s’explique par la perte de performances dans le secteur de l’énergie.

Rania Derouiche