mardi 23 octobre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Industrie > Automobile > La coopération algéro-polonaise dans le secteur automobile

La coopération algéro-polonaise dans le secteur automobile

Mr Maciej Kowalski, chef du service de la promotion du commerce et des investissements à l’ambassade de Pologne, à DZ-ENTREPRISE

DZ-Entreprise :Tout d’abord un mot sur l’état de santé de l’économie polonaise ?

Mr Maciej Kowalski :La meilleure caractéristique de l’économie de la Pologne de ces derniers temps est la stabilité de la croissance.

Au cours de la dernière décennie, la croissance annuelle moyenne était de 4,2%, alors que la croissance de l’économie européenne était quatre fois inférieure ! Ce résultat plaçait la Pologne à la troisième position parmi les pays de l’UE, il montre également l’importance croissante de l’économie polonaise dans la perspective macro.

La Pologne a résisté aux problèmes extérieurs causés par la crise économique mondiale. En 2009, la Pologne a reçu le surnom d’ “île verte” suite à la croissance du Produit intérieur brut (1,6%), faisant l’exception dans toute l’Union où l’économie des autres pays était en baisse.

Le succès de l’économie polonaise résulte du haut niveau de la demande intérieure, d’une structure vaste et diversifiée de l’exportation, ainsi que des conditions sécurisées de conduite des activités économiques.
La Pologne est considérée comme un pays où le risque de survenance d’une crise financière est faible.

Les produits polonais jouissent d’un grand succès sur les marchés étrangers grâce à son rapport qualité-prix très avantageux. Aussi l’exportation est-elle un élément vital de l’économie polonaise. En 2012, la valeur de l’exportation polonaise s’est élevée à 136,7 milliards d’euros, ce qui représentait 113,5% de la valeur de l’année précédente. La Pologne est le huitième exportateur dans l’Union européenne et le vingt-septième exportateur dans le monde.

Les plus importants secteurs de l’exportation polonaise sont l’industrie électromécanique et chimique qui, ensemble, représentent plus de la moitié du volume total de l’exportation (55 % en 2011).

Dans le cadre de ces secteurs, les entrepreneurs polonais exportent notamment les installations et appareils mécaniques et électriques (32,1 mrds d’euros), véhicules, aéronefs et navires (21,8 mrds d’euros), matières plastiques et produits de caoutchouc (9,6 mrds d’euros) ainsi que des produits de l’industrie chimique (9,3 mrds d’euros).

DZ-Entreprise :Les entreprises polonaises activant dans le secteur des pièces automobiles ont manifesté leur intérêt à investir dans le marché algérien. Que peut faire faire valoir la Pologne dans ce domaine ?

Mr Maciej Kowalski :À présent, le secteur automobile (construction des automobiles, production des pièces détachées et des accessoires) est le deuxième secteur industriel le plus important dans l’économie polonaise (le premier est le secteur alimentaire).

En Pologne, l’industrie automobile repose sur deux principaux segments : la construction des véhicules (notamment les camionnettes, camions et autocars) et la production des pièces détachées (avec le rôle essentiel de moteurs).
Outre la production, le rôle important revient aux échanges commerciaux en matière d’automobiles ainsi que le secteur tertiaire relatif à l’industrie automobile.

L’industrie automobile polonaise satisfait aux standards internationaux, ses produits sont compétitifs et répondent aux attentes autant en matière de qualité de production que des prix.
Outre les entreprises nationales, sur le territoire de Pologne plusieurs constructeurs automobiles renommés, européens et internationaux, ont également investi dans différents segments du marché automobile , notamment Volvo, Opel, Fiat, Volkswagen, MAN (construction et montage des véhicules), Toyota, Volkswagen Motor Polska, Fiat Powertrain, Isuzu Motors (fabrication des unités d’entraînement) et beaucoup d’autres spécialisées dans la fabrication : des dispositifs de direction, des systèmes d’éclairage, des systèmes de refroidissement, des carrosseries, des constructions de châssis, des pneumatiques… On pourrait continuer longtemps.

En 2011, la valeur totale de la production automobile vendue s’est élevée à 26 mrds d’euros. Ainsi, l’industrie automobile a généré près de 10 % de la valeur de production de l’industrie globale polonaise. Cette forte position de l’industrie automobile dans l’économie polonaise est la conséquence d’un développement raisonnable et stable de la branche en Pologne durant les dernières années.

Le champ de la future coopération algéro-polonaise dans le secteur automobile est vaste. Maintenant, c’est aux entrepreneurs des deux pays de concrétiser les discussions et contribuer au lancement d’un projet intéressant pour les deux parties.

DZ-Entreprise :Il est question pour les entreprises polonaises de mettre un terme aux intermédiaires. Jusqu’ici, les pièces fabriquées en Pologne et en vente en Algérie proviennent d’intermédiaires des pays occidentaux.
Comment allez-vous vous y prendre ?

Mr Maciej Kowalski :Le problème des intermédiaires se pose de temps en temps et il ne concerne pas uniquement le secteur automobile.

Un certain nombre de produits polonais entre sur le marché algérien par le biais des opérateurs des pays étrangers autres que la Pologne.

Il y a plusieurs facteurs que les importateurs algériens prennent en considération : une meilleure connaissance des pays occidentaux, la distance géographique, la communication en français…

D’autre part, les Polonais semblent connaître mieux le marché européen et préfèrent coopérer avec des sociétés de l’UE en évitant tout le risque lié à la recherche d’un nouveau partenaire en dehors de l’Europe.

Il va de soi que l’élimination des intermédiaires va contribuer à la baisse de prix de certains produits disponibles sur le marché algérien.
C’est un travail pour nous tous, y compris le service commercial de l’ambassade de Pologne dont je suis le représentant.
Nous consacrons beaucoup de notre temps pour promouvoir les relations directes entre les entrepreneurs algériens et polonais.

Nous répondons régulièrement aux demandes de contact, nous participons aux salons professionnels organisés en Algérie. Nous mettons également à la disposition des hommes d’affaires algériens et polonais notre site web (www.alger.trade.gov.pl) et le trimestriel bulletin d’information dans lequel nous publions les offres de coopération et les actualités du marché polonais et algérien…

Nous constatons avec un grand plaisir que ce travail donne des résultats positifs. En six ans nous avons réussi à quadrupler le chiffre d’affaires entre l’Algérie et la Pologne pour atteindre en 2012 le niveau de 430 millions USD.
Mais il reste encore beaucoup de choses à faire…

DZ-Entreprise :Le gouvernement algérien a conclu un partenariat industriel avec le constructeur français Renault pour la réalisation d’une usine de montage de véhicules à l’ouest du pays (à Oued Tlélat dans la région d’Oran). Avez-vous abordé un projet de partenariat dans cette usine avec les autorités algériennes ?

Mr Maciej Kowalski :Tout d’abord nous félicitons les autorités algériennes d’avoir conclu cet accord pour la réalisation de l’usine de montage et nous sommes persuadés que ce projet va contribuer au développement du secteur automobile en Algérie – ce qui a eu lieu notamment en Pologne grâce à la coopération avec plusieurs constructeurs automobiles internationaux.

Il n’est pas étonnant que beaucoup d’operateurs algériens et étrangers veuillent participer à ce projet. En ce qui concerne les fabricants polonais, ils sont prêts à travailler en Algérie, mais pas uniquement dans le cadre de l’usine de montage de véhicules Renault.

Nous n’avons pas encore eu l’occasion de parler des investissements polonais dans la recherche et le développement alors que les fabricants polonais des pièces détachées investissent dans la recherche et développement (R&D) 600 mln d’euros par an ! Il faut bien souligner qu’il s’agit des investissements dans l’innovation et les technologies modernes.
De nombreux centres de recherche et de développement visent à l’amélioration de la qualité des produits, l’optimisation de la production, la recherche des produits innovants ainsi que de nouvelles solutions technologiques.
Par conséquent, les produits automobiles polonais répondent aux standards, ils sont aussi pleinement compétitifs aux marchés internationaux.

Pourquoi ne pas profiter de nos expériences dans ce domaine et transférer notre savoir- faire en Algérie ? A mon avis, il ne faut pas être trop concentré sur le projet de l’usine Renault ; mis à part ce projet historique, il y a beaucoup d’autres possibilités de coopération dans le secteur automobile.

DZ-Entreprise :Parlez-nous de l’association des producteurs polonais de pièces automobiles ?

Mr Maciej Kowalski :Comme je viens de le présenter, le secteur automobile en Pologne est bien développé et très diversifié.
Nous avons un nombre important de sociétés polonaises agissant dans plusieurs branches du secteur.
Les opérateurs polonais l’ont trouvé utile pour se regrouper en créant des associations afin défendre ainsi leurs intérêts et promouvoir en même temps la qualité des produits polonais sur les marchés internationaux.
En fait, nous avons plusieurs associations dans le secteur automobile. L’association des producteurs polonais de pièces automobiles (SPCM – www.spcm.pl) que vous avez mentionnée est un exemple de groupement qui a été établi en vue de renforcer le potentiel du secteur automobile en Pologne.
Les concurrents ont décidé d’agir ensemble pour être plus visibles à l’égard des autorités polonaises. En agissant en tant que groupement, les producteurs ont le droit de soumettre aux autorités les propositions législatives afin de contribuer au développement de ce secteur en Pologne.
Les représentants de l’association sont très actifs sur les marchés internationaux et profitent de chaque occasion pour promouvoir ses membres à l’étranger.
Un exemple ? La vice-présidente de l’association, Madame Karolina Dmowska, était présente dernièrement au Salon Equip-Auto (du 4 au 7 mars 2013) sur le stand de l’ambassade de Pologne. Elle a également participé au séminaire organisé en marge de ce salon en présentant les expériences et les offres des compagnies polonaises dans le secteur automobile.
L’association SPCM peut servir comme un premier contact pour les hommes d’affaires algériens intéressés par la coopération avec des partenaires polonais.

DZ-Entreprise :Le gouvernement polonais a initié, durant l’année 2013, le Programme de promotion et de rapprochement entre la Pologne et Algérie qui s’étale sur trois années.
Quelle est la finalité à travers ce programme ?

Mr Maciej Kowalski :Au fil des quelques dernières années, l’Algérie est devenue le plus important pays pour la Pologne au Maghreb et l’un des plus importants dans toute l’Afrique.

L’importance de l’Algérie a été confirmée, effectivement, au niveau du ministère de l’Economie polonais par la décision de lancer un programme de promotion et de rapprochement sur une période de trois ans.

Le programme est une suite de manifestations. C’est-à-dire qui’ il y aura des foires, des conférences, des missions d’hommes d’affaires, des campagnes publicitaires dans les médias, etc.
Nous estimons que malgré l’évolution importante de nos échanges bilatéraux enregistrée récemment entre nos pays, le potentiel de la coopération algéro-polonaise est toujours très loin d’être épuisé.

Nous avons parlé des intermédiaires étrangers qui fournissent les produits polonais sur le marché algérien. C’est aussi dans ce contexte que les autorités polonaises ont lancé un programme spécial pour l’Algérie : pour promouvoir la Pologne en Algérie, mais aussi pour faire connaitre l’Algérie en Pologne.

En réalisant ce programme, nous allons toucher plusieurs secteurs d’activités : secteur automobile (avec notre participation au salon Equip-Auto), agroalimentaire (salon Djazagro et Sipsa), bâtiment et travaux publics (salons Batimatec et SITP), énergies renouvelables (Salon ERA à Oran) et médical (salon SIMEM à Oran).