mardi 14 août 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Développement durable > Agriculture et Pêche > Importation de lait : la facture en nette baisse au 1er trimestre 2016

Importation de lait : la facture en nette baisse au 1er trimestre 2016

La facture d’importation du lait et matières premières y afférentes a reculé à 207,08 millions de dollars (usd) au premier trimestre 2016, contre 316,38 millions usd à la même période de 2015, soit une baisse de 34,55%, a appris l’APS auprès des Douanes.

Les quantités importées de lait en poudre, crèmes de lait et matières grasses laitières, utilisées comme intrants dans la filière laitière, ont également baissé à 82,67 tonnes (t) contre 103,44 t, en recul de 20% entre les deux périodes comparaison, précise le Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes (Cnis).

La facture du lait a baissé en raison non seulement de la réduction des quantités importées mais aussi de la baisse des prix à l’importation par l’Algérie de cette denrée alimentaire.

Les prix à l’importation des poudres de lait étaient en recul de 40% en 2015 passant à 2.800 dollars/t contre 4.800 dollars/t une année auparavant, et ont encore baissé à 2.594 dollars/t en janvier 2016, soit un recul des prix de 17% par rapport à janvier 2015.

Afin de réduire les importations de ce produit subventionné et de promouvoir la filière lait, de nouvelles mesures ont été décidées, il y a quelques mois, par le gouvernement en faveur des éleveurs et des opérateurs de ce secteur en augmentant la subvention du lait cru et en encourageant l’investissement, avec l’objectif de baisser les importations de la poudre de lait de 50% à l’horizon 2019.

Le gouvernement a ainsi décidé que le prix de référence du litre de lait cru de vache soit fixé à 50 DA (contre 46 DA auparavant), se répartissant entre 36 DA le prix de cession du lait cru aux laiteries et 14 DA de subvention de l’Etat, contre, respectivement, 34 DA et 12 DA auparavant.

En réponse à la préoccupation des éleveurs relative à l’accès à l’aliment de bétail et à la régulation du marché de ce produit, il a été décidé d’approvisionner directement les éleveurs en matière de son (résidu de mouture de blé).