lundi 22 octobre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Industrie > Automobile > Hausse de 29,5%, des importations de véhicules

Hausse de 29,5%, des importations de véhicules

Hausse de 29,5%, des importations de véhicules au 1er trimestre 2013 (CNIS)

Comme pour l’année 2012, le marché de l’automobile algérien continue de progresser en ce début 2013. Et pour cause, pour le premier trimestre de l’année en cours, le Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes (CNIS) a enregistré une hausse de 29,5% des importations algériennes de véhicules avec 151 728 véhicules introduits entre le 1er janvier et le 31 mars contre 117 144 véhicules pour la même période de l’année 2012.

En termes de chiffres, les importations représentent une valeur de 146,3 milliards (mds) de dinars, soit environ 2 milliards de dollars contre 104,12 mds de DA à la même période en 2012, en hausse de 40,54%.

Cette forte progression des ventes de véhicules en Algérie depuis 2010 s’explique, selon les spécialistes du domaine, par la très forte hausse de la demande suite à la réévaluation salariale dont ont bénéficié les travailleurs de certains secteurs.
Pour rappel, pour l’année 2012, l’Algérie a importé 568 610 véhicules pour une valeur de 514,43 mds de DA contre 390.140 en 2011 (354,16 mds DA).

En dépit des dispositions gouvernementales pour réduire la facture des importations de véhicules – qui a atteint près de 6 milliards de dollars en 2012 -, le marché continue toujours de progresser pour des mois encore, notent les analystes.

Toutefois, un accord portant sur l’installation d’une usine du groupe français Renault en Algérie a été signé en décembre dernier à Alger afin de produire des voitures en Algérie dans la wilaya d’Oran.

Détenue à hauteur de 51% par la partie algérienne via la Société nationale des véhicules industriels (SNVI, 34%) et le Fonds national d’investissement (FNI, 17%), et à 49% par le constructeur français, cette joint-venture produira au démarrage 25 000 véhicules/an puis 75 000 unités avant d’arriver à 150 000 véhicules/an dix ans après le début de la production.