mardi 13 novembre 2018
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Dossiers > Gestion des déchets : Gisement pour la création d’entreprise

Gestion des déchets : Gisement pour la création d’entreprise


les métiers liés à l’économie verte en Algérie

1,4 million d’emplois seront créés d’ici à 2025

Fin mars de l’année en cours. L’économie verte occupe les devants de l’actualité.

Et c’est tout naturellement qu’un séminaire de deux jours (une première du genre en Algérie à laquelle de nombreux délégués représentant des institutions publiques, des entreprises privées, divers instituts et universités spécialisés nationaux de même que des représentants d’associations et du patronat), initié, rappelons le, par la coopération allemande pour le développement (GIZ) et la direction générale de la PME au ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, lui est dédié exclusivement.

Entre autres recommandations formulées à l’occasion, on notait principalement «la nécessité d’introduire les métiers liés au domaine dans les listes d’activités proposées par les dispositifs publics pour la promotion de l’emploi de jeunes.»

Dans la foulée, les participants à cette rencontre devaient en outre mettre l’accent sur une nécessité, à savoir la prise en charge des préoccupations des jeunes et de la gent féminine, notamment ceux porteurs de projets de création d’entreprises, en les orientant vers un secteur d’avenir et devant surtout participer à la résorption du chômage parce que, soutiennent unanimement les spécialistes, «vecteur de création d’emplois.»

On signalera aussi l’inscription à l’agenda des professionnels, la multiplication de rencontres régionales et nationales, notamment en direction des secteurs de l’enseignement universitaire et de la formation professionnelle, devant concourir, à plus ou moins court ou moyen terme, à la vulgarisation de métiers qualifiés d’extrême importance dans la réussite des futurs programmes initiés dans la perspective du développement durable.

En plus de l’urgence, signalée par ailleurs par nombre de participants, de «l’émergence d’un tissu de PME basé sur l’exploitation des immenses gisements qu’offre l’économie verte dans le pays»,
de nombreuses propositions ont été avancées, à l’instar du soutien aux jeunes entrepreneurs appelés à exploiter le formidable potentiel du pays en énergie non fossiles à des fins domestiques et activant dans des filières aussi diverses que le traitement des déchets et l’agriculture ’’bio’’, de même que la perspective de voir le secteur des hydrocarbures y participer pleinement avec la réservation d’une partie des recettes au développement des énergies renouvelables par le développement des professions ” vertes “, en citant pêle-mêle celles en relation directe avec la production, le transport et le stockage de l’électricité provenant de l’éolien et du solaire.

Notons enfin que depuis la tenue de cette manifestation et comme convenu, on s’attelle au niveau de la direction générale de la PME au ministère de l’Industrie à établir une liste exhaustive des différents métiers devant figurer dans les dispositifs d’appui à la création d’emplois destinés aux jeunes dont évidemment les femmes, le marché du travail dans ce domaine laissant entrevoir, grâce à des créneaux pour le moins porteurs et un grand potentiel d’employabilité et entrepreneuriat, des perspectives des plus encourageantes.

Economie verte et emploi en chiffres :

–selon une étude réalisée par l’agence de coopération allemande au développement (GIZ), plus de 1,4 million d’emplois pourront être créés en Algérie à l’horizon 2025 dans des activités liées au domaine .

–Toujours selon cette même étude, l’estimation du potentiel de développement de l’emploi dans le domaine de cette nouvelle conception de l’économie à l’horizon 2025 est de 1 421 619 postes de travail.

—600 000 personnes, dont une grande majorité de jeunes, travailleraient actuellement en Algérie dans des activités liées à l’économie verte aussi bien dans le recyclage des déchets ménagers, l’agriculture ou les énergies renouvelables.

— Il y a deux ans (2010), le nombre d’entreprises exerçant ce type d’activités s’élevait à 273 202 unités. 3 407 dans la récupération et la valorisation des déchets, 1 470 dans la gestion de l’eau, 168 648 dans le bâtiment vert, 68 631 dans la gestion des espaces verts, et 30 085 travaillaient dans les services liés à l’environnement tels que l’audit, les études, le conseil et la formation.

— 14 574 femmes travaillent actuellement dans les professions dites “vertes” ou “verdissantes “, soit 7,9% du nombre global des femmes inscrites au registre de commerce, dont 1 938 sont des gérantes.

— 7 376 femmes activent dans le secteur du bâtiment vert (50,61%), 3 123 dans les services (21,42%), 3 827 dans les espaces verts, soit (26,25%), 146 dans le traitement des déchets, 51 dans le recyclage des déchets et 51 dans le secteur de l’eau.

— La dynamique d’une économie verte était déjà amorcée en Algérie par le lancement, en 2011, d’un ambitieux programme des énergies renouvelables doté d’une enveloppe financière de 62 milliards de dollars.

— Grâce à la promotion du métier de traitement des déchets, une autre activité liée à l’économie verte, 160 000 emplois ont été créés, citant des statistiques de 2011.

— Le développement durable a été défini en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement comme ” un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures pour répondre aux leurs “.

—20 millions d’emplois seront créés à travers le monde dans des professions et activités liées à l’économie verte.

Par Rabah Mazigh