vendredi 24 novembre 2017
Download http://bigtheme.net/joomla Free Templates Joomla! 3
Accueil > Finances > Banques > Finance islamique: Al Salam Bank vise la place du leader
Al-Salam-Bank

Finance islamique: Al Salam Bank vise la place du leader

Le P-DG d’Al Salam Bank, Nasser Haider, lors d’une rencontre organisée (aujourd’hui) à Alger, a indiqué que « le portefeuille de sa Banque en matière de financement de crédits à l’investissement à court et à moyens termes est estimé à 30% du taux global des financement de la banque, soit entre 13 et 15 milliards de DA.

Concernant les produits du foncier, le même responsable dira que le volume est estimé à 5% du globale des investissements.

Il rappellera en outre que sa banque enregistrait, de 2015 à 2017, une croissance considérable des dépôts de la clientèle estimés à 45 milliards de dinars. Le bénéfice net est évalué à  1,8 milliard de DA fin 2016 et  début 2017. Ces résultats remarquables en matière de collecte de l’épargne, sont le fruit d’un travail soutenu de marketing et d’actions ciblées sur le terrain, a estimé M. Haider.

Al Salam Bank finance, souligne le même responsable, des  projets d’investissement en proposant des formules validées par le Comité Chariaa de la banque, telles que la vente par facilité de véhicules et d’appareils électroménagers, des crédits pour l’achat d’immobilier et d’équipements divers. Al Salam Banque compte à travers ces services aider le consommateur algérien détenteur ou non  d’un compte au niveau de la banque, de s’équiper  à des prix très concurrentiels.

A propos  d’Al Salam Bank :

Deuxième banque islamique en Algérie, Al Salam Bank-Algeria vise la place du leader sur le marché de la finance islamique en algérien à travers des services bancaires de qualité supérieure pour les clients et les actionnaires. Al Salam Bank-Algeria projette également  l’ouverture de 8 agences bancaires avant la fin de l’année en cours. À travers cette implantation à travers le territoire national, elle compte satisfaire la demande croissante des clients, notamment dans le sud et les hauts plateaux et rattraper, ainsi, le retard  dans le développement de son réseau.

À noter, par ailleurs, que la part du marché des banques islamique ne dépasse pas les  2%, par contre les banques publiques détiennent 83%, contre 17% seulement pour le secteur privé. Plusieurs modes de financement conformes à la Charia sont proposés à savoir  » Ijara mountahia bi tamalok » pour l’acquisition d’une maison, « Ijara mawsufa fi al dhima ou Istisnaâ » pour l’extension ou la construction de maison et « Bai Al Ajal ou Istisnaâ » pour l’aménagement de maison.

N.I.